Partager

Barbara Deniau : « S’impliquer localement, cela a du sens ! »

Nous avons dernièrement rencontré Barbara Deniau pour en savoir plus sur la création de son association éco-citoyenne qu’elle vient de mettre en place à Saint-Hilaire-du-Harcouët. C’est une femme pleine d’énergie de vie et de volonté que nous avons découverts. Elle est déterminée dans la création de son association La Fourmi Lierre et elle n’a qu’une seule obsession : faire bouger Saint-Hilaire-du-Harcouët. Voici une interview exclusive avec cette femme d’action.

Barbara, peux tout nous faire une présentation rapide de cette association ?

C’est un sacré exercice que tu me demandes. Comment la décrire ? Et bien, c’est avant tout une association éco-citoyenne qui vise à sensibiliser le grand public à des gestes plus respectueux pour l’environnement. Elle s’adresse à tout le monde. Ouvert à tous… C’est une association toute jeune et toute fraîche. Elle vient tout juste de démarrer.

Depuis quand exactement?

Et bien depuis les mardis de Juillet à la maison des Jeunes de Saint-Hilaire du Harcouët en Juillet dernier. Nous avons installé un stand “tape à l’oeil” pour attirer le public. Nous faisions découvrir de la confiture, des sirops et des jus maison. Par la suite nous avons organisé une visite dans le jardin en permaculture d’Emilie, membre adhérente de l’association.

Dernièrement, sur les voies vertes de Parigny, nous avons organisés une cueillette de plantes sauvage. A l’heure actuelle nous comptons 25 adhérents sans le bureau. Les gens sont vraiment curieux, et il y a de très bons retours. Et puis les personnes donnent beaucoup d’idées sur ce qu’ils aimeraient voir comme actions sur Saint-Hilaire.

Quelles sont ces idées?

Nous avions listé des idées, et les passants pouvaient voter. Ce qui a été plébiscité par le public c’est principalement la découverte des techniques naturelles pour le jardin, ou bien voir la création d’un jardin pédagogique. Cela revient beaucoup. Mais il y avait aussi beaucoup d’autres envies comme de créer un atelier cuisine sauvage, un refuge à insecte, la création d’un purin d’ortie, la découverte de technique de paillage, des sorties natures, conférences et autres débats… Mais de manière générale, ils cherchent des techniques naturelles…

Pourquoi avoir choisi Saint-Hilaire-du-Harcouët?

Pourquoi pas Saint-Hilaire? Tout simplement parce que j’y suis né ! J’en suis partie, mais j’y suis revenue. Aujourd’hui c’est un vrai choix. Avant, c’était plus subi. Pour moi, s’impliquer localement a du sens. C’est beaucoup plus simple quand tu connais le territoire et les gens. J’ai vraiment envie que ça bouge à Saint-Hilaire. C’est vrai que c’est une certaine facilité de faire…mais cela montre bien qu’agir en local est à la portée de tous. C’est du bon sens !

Saint Hilaire est déjà riche d’un tissu associatif mais elle ne compte aucune association sur le thème du développement durable.

La Fourmi Lierre au forum des associations de St Hilaire du Harcouët

Quel a été ton déclic pour avoir autant envie de t’investir aujourd’hui?

Ça a été pendant ma dernière formation professionnelle pour devenir formatrice. Cela m’a aidé à prendre conscience de la société, du monde, des aberrations dans son fonctionnement à la fois en local et en global.  Nous avons crée des systèmes aberrants. Il y a des choses à faire à l’autre bout du monde, c’est certain. Mais il y en a beaucoup à faire ici aussi. J’ai eu soudainement envie de passer des convictions aux actions. Une envie d’agir tout simplement.

Lors de mon premier jour à la formation nous avons travaillé sur l’effet papillon, un outil qui aide à parler de nos représentations mentales. Nous l’avons fait au premier et dernier jour pour voir les évolutions. Je dénonçais trop de choses…et je me demandais : mais qu’est-ce que je fais moi? Pour résoudre les problèmes mondiaux, il faut commencer à les résoudre à l’échelle locale.

Les gens ont trop tendance à se déresponsabiliser.

Quelles sont les actions à venir avec la Foumi Lierre ?

Cela va se préciser bientôt. Nous allons faire le bilan. On a vite démarré. Maintenant nous devons poser les choses. On va mettre le nez dans toutes les propositions qui ont été faites. Et puis on va tenter de prioriser pour se recentrer.

Un message à faire passer ?

Rejoignez-nous !

Pour contacter l’association de Barbara, n’hésitez pas à suivre leur compte facebook.

Articles Similaires

Ces dernières années, j’ai développé une sensibilité démesurée pour l’alimentation saine et naturelle, l’économie locale ainsi que l’entrepreneuriat social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Juicy
Fermer le mode de cuisson